L'impressionnante carrière du

baron Kirrmann

Fils de paysans de Bischoffsheim, Antoine Kirrman a suivi la carrière des armes dans toute l'Europe du 18eme et 19eme siècle

jusqu'à devenir baron d'Empire avec les félicitations de l'empereur.

 

(D’après un article des DNA)


Un descendant direct de l'éminent militaire habite aujourd'hui Klingenthal, il s'agit d'Alfred Kirrmann (au premier plan à gauche). (Photo DNA)

Le baron François Antoine Kirrmann est né le 2 octobre 1768 à Bischoffsheim et y est décédé le 16 février 1850. Sa tombe, au cimetière du village, vient d'être rénovée par les soins du Souvenir français avec le soutien financier de la commune de Bischoffsheim, de l'association Alsace pour la conservation des monuments napoléoniens et le conseil général.
 Lundi, en fin de journée, s'est déroulée une imposante cérémonie en l'honneur de ce grand personnage, en présence d'Alfred Kirrmann, un descendant direct du fils aîné du baron résidant à Klingenthal.
 Le colonel Cabut, délégué d'arrondissement du
Souvenir français, a salué les personnalités présentes, en particulier Mireille Hincker, déléguée départementale du Souvenir français et M. Fontanier, président « Alsace » de l'association pour la conservation des monuments napoléoniens venu avec une importante délégation.
 Le général Jean-Paul Bailliard a fait une rétrospective de la carrière de François Antoine Kirrmann, issu d'une modeste famille de cultivateurs et viticulteurs.
 Il s'est engagé en juillet, 1785 dans un régiment qui est devenu le 4ème régiment de Hussards en 1791. En mars 1793, il est muté comme maréchal des logis au 20e régiment de chasseurs. En l'espace d'un peu
plus d'un an, il a gravi les échelons de la hiérarchie pour devenir capitaine le 19 juin 1794.

Il se fit remarquer partout pour sa bravoure et son intrépidité

 Avec son régiment, il a pris part à de nombreuses campagnes en France, en Allemagne et en Belgique. Blessé à Fleurus en juin 1794, et à Neumatk en décembre 1800, il se fit remarquer partout pour sa bravoure et son intrépidité. En décembre 1800, le premier consul lui a offert un sabre d'honneur (qui est visible au musée de l'armée à Paris).
 Dès la création de l'ordre de la Légion d'honneur, François Antoine Kirrmann a été admis au grade d'officier, à compter du 14 juin 1804.
 En 1807, il a été nommé au commandement de l'escadron des Mameluks et
a combattu en Espagne avant de revenir à l'armée d'Allemagne en 1809 puis de repartir en Espagne en 1810 et 1811. Il s'illustra aussi à la tête de son escadron durant la campagne de Russie.
 Son comportement lui a valu les félicitations manuscrites de l'empereur et le titre de baron d'Empire. En décembre 1814, il a été nommé chevalier de Saint-Louis. Après avoir rejoint l'armée de Napoléon il a pris part à plusieurs batailles.

Il se retire à Rosheim où il est nommé maire

 Le 23 mars 1816, il a été admis à la retraite avec le grade de Major et s'est retiré à Rosheim où il fut nommé maire en 1819. Comme maire, il s'est distingué par l'établissement d'un règlement de lutte contre l'incendie et l'organisation d'un corps de sapeurs-pompiers. En 1829, il a démissionné de son poste et s'est retiré à Bischoffsheim