OFFENBOURGBOHLSBACHJeudi 19 Mars 2009
In Memoriam

Le 19 Mars 2009 a eu lieu à OFFENBOURG (RFA) une émouvante cérémonie à la mémoire de quatre héroïnes appartenant au Réseau de résistance ALLIANCE assassinées par les nazis.

 

Madame HINCKER pour le Souvenir Français, le Colonel Méliani représenant le sénateur-maire de Strasbourg, Madame le maire de la ville dOffenbourg, Monsieur Schreiner maire de la commune de Bohlsbach, et des représentants des familles des victimes assistaient à cette cérémonie. Après les discours rappelant l’action héroïque de ces quatres jeunes femmes, leur arrestations, et leurs exécutions un dépôt de gerbe et un instant de recueillement marquaient l’hommage des participants au sacrifice des quatre résistantes.

Henriette AMABLE était l’agent de liaison du Colonel Kauffmann, l’un des chefs de réseau Alliance. On lui avait donné le nom de code de "Luron", sans doute en allusion à son courage, son énergie et sa rapidité.

Un ancien membre du réseau Alliance a rapporté que "Luron" transportait les messages du Colonel Kauffmann dans le talon évidé de ses chaussures à semelle de bois. On ne sait pas aujourd’hui si la jeune femme était consciente du danger qu’elle encourait.

Depuis 1943, elle avait cependant rompu tout contact avec son mari et sa petite Lucette (née en 1937), probablement pour les protéger.

Car on savait que les nazis usaient comme moyen de répression l’arrestation de tout le "clan", comme ce fut le cas par la suite pour Edouard Kauffmann

Lucienne BARNET tenait depuis 1933 avec son mari un garage à Arnay-le-Duc. L’ancien "garage de Barive", et porte aujourd’hui le nom de "garage Binet". Jean BARNET a participé aux toutes premières actions du réseau Alliance dans la région d’Autun, avec la section "Forteresse". Agent de liaison ou chargé de mission, il portait le nom de K53. Il réparait dans son garage les véhicules utilisés par la Résistance.

Lucienne BARNET est devenue membre de l’organisation le 6 février 1943. Elle était aussi agent de liaison. On suppose que sa tâche au sein du réseau consistait à réceptionner et transmettre messages et lettres. Elle participait également à la récupération de matériel parachuté. Jean BARNET a été assassiné deux jours après elle ; son corps a été jeté dans le Rhin.

Simone PAUCHARD vivait également à Autun. Outre un cliché d’identification policière, on a d’elle un portrait accompagné de la description suivante. Elle mesurait un mètre soixante-cinq, avait des yeux sombres et des cheveux bruns., longs et bouclés, un visage ovale et le teint pâle. On ne connaît ni les circonstances ni la date de son entrée dans le réseau Alliance. Au sein de l’organisation, elle était " K110"

Pour préserver l’identité de ses membres, le réseau avait donné a ses agents une lettre et un numéro, par la suite ils portaient également des noms d’animaux. Les lettres désignaient les différentes sections.

K désignait la section EST (de l’EST de la France). Le numéro servait à différencier les membres entre eux. Le chef de section portait toujours le numéro 1 ; dans la section EST, c’était Paul MENGEL

Simone PAUCHARD travaillait donc au sens large, pour Paul MENGEL. Elle abandonna son poste d’employé de banque pour devenir dactylographe pour le réseau. Simone PAUCHARD devint ainsi la secrétaire de liaison d’Autun. Son matricule laisse à penser qu’elle a dû adhérer relativement tôt à l’organisation. Elle n’avait en tout cas pas de nom de code, contrairement à Henriette AMABLE et Marie-Thérèse MENGEL.

Marie-Thérèse et Paul MENGEL vivaient à Autun, Marie-Thérèse était employé de banque et son mari ingénieur aux "Telots", la mine de Saint-Forgeot, une petite localité a quelque cinq kilomètres au nord d’Autun.

Le couple MENGEL s’est engagé ensemble dans le réseau Alliance. En 1942, Paul MENGEL, qui avait pour noms de code " K1" et "Chauve-souris", dirigeaient  la section de l’Est de la France, "Forteresse". Cette section recouvrait plusieurs départements et était connue pour son efficacité.

Marie-Thérèse, dont on sait qu’elle était l’une des "âmes" du réseau, portait le nom de "Sirène", on ne connaît pas exactement la nature de ses tâches. Il est sûr en revanche qu’elle travaillait avec Paul MENGEL et qu’elle était l’amie de Simone PAUCHARD et Lucienne BARNET.

Il est aujourd’hui impossible de dire qui a entraîné qui dans la résistance contre l’occupant.

Paule MENGEL a été assassiné dans la nuit du 1 au 2 septembre au KZ Struthof